La rotation du personnel est au plus bas : pas de "Grande Démission" en Belgique

La rotation du personnel est au plus bas : pas de "Grande Démission" en Belgique

La rotation du personnel a encore diminué en 2021 (-16%)

Bruxelles – Alors que les experts du marché du travail parlent depuis des mois d'une "grande démission" (ou ‘Great Resignation’ aux USA – à savoir des travailleurs quittant leur emploi en masse) qui se propagerait également au-delà des États-Unis, la rotation du personnel en Belgique a continué de baisser l'année dernière. En effet, en 2021, la rotation totale du personnel dans notre pays a atteint un niveau historiquement bas avec seulement 8,1% de rotation. Telle est la conclusion de Securex, partenaire en matière d'emploi et d'entrepreneuriat. « La Belgique connaît depuis des années une très faible rotation du personnel mais, en 2021, les mesures liées au coronavirus ont encore fait baisser ce chiffre à un niveau record », explique Frank Vander Sijpe, Director HR Trends & Insights chez Securex. « Cependant, la rotation du personnel est positive car elle apporte la dynamique nécessaire au marché du travail et crée de nouveaux emplois, mais de nombreux travailleurs belges se sentent en sécurité dans leur cage dorée. »

  • 1 travailleur belge sur 20 (5,1%) a démissionné en 2021. Les jeunes travailleurs sont deux fois plus susceptibles de changer volontairement d'emploi : 12% pour les moins de 25 ans contre 6,8% en moyenne pour les 30 ans et plus.
  • Seuls 3% des travailleurs ont été licenciés l'année dernière (grâce, entre autres, aux mesures liées au coronavirus).
  • 8,1 % de tous les contrats ont été résiliés volontairement ou involontairement en 2021 (contre 9,7 % en 2020 : -16 %).

Entre 2020 et 2021, la rotation générale du personnel (ou ‘turnover’) dans notre pays a de nouveau diminué (-16%). En Belgique, elle est en baisse depuis plus de 10 ans. En 2013, le turnover était encore supérieur à 15% ; en 2021, seuls 8,1% des contrats des travailleurs sont arrivés à leur terme.

La démission volontaire et la cage dorée

Le nombre de travailleurs ayant volontairement démissionné est resté stable à environ 5% l'année dernière par rapport à 2020. Il n'est donc pas (encore) question d'une "grande démission" dans notre pays. Les travailleurs plus âgés en particulier sont moins enclins à changer d'emploi : seuls 1,9% des travailleurs de plus de 55 ans ont volontairement quitté leur emploi l'année dernière. Pour les travailleurs de moins de 25 ans, ce chiffre est de 11,9% ; entre 25 et 29 ans, 11,1% et pour les 30 ans et plus, 6,8%.  Le taux de départ volontaire diffère également entre les employés et les ouvriers : en 2021, 4,6% des ouvriers ont démissionné contre 5,5% des employés.

« En Belgique, les travailleurs sont beaucoup moins nombreux à démissionner que dans d'autres pays. Les travailleurs plus âgés en particulier ont tendance à conserver leur emploi et ils constituent une grande partie de notre main-d'œuvre en raison du fort vieillissement de la population. Plus qu'ailleurs en Europe, la Belgique compte un grand nombre de contrats de travail à durée indéterminée (89%). Ils offrent au salarié de nombreux avantages liés à l'ancienneté et font du licenciement, après des années de service, une affaire coûteuse. Les Belges ont également une aversion générale pour le risque. Les travailleurs âgés en particulier restent donc dans leur cage dorée, et les jeunes travailleurs sont toujours, eux aussi, prompts à s'accrocher à leur employeur lorsqu'ils parviennent à décrocher un CDI. », explique Frank Vander Sijpe, Director HR Trends & Insights chez Securex.

Le licenciement par l'employeur et le chômage temporaire

En raison de la crise liée au coronavirus, le taux de départ involontaire a également atteint un niveau historiquement bas l'année dernière : seuls 3% des travailleurs ont été licenciés par leur employeur l'année dernière. Après une augmentation assez faible entre 2018 et 2020, le taux s'est effondré depuis la crise liée au coronavirus. L'application du chômage temporaire a joué un rôle crucial à cet égard. De cette manière, le gouvernement a pu éviter des pertes d'emplois massives ainsi que des faillites en 2020 et 2021.

« Il y a eu beaucoup moins de licenciements l'année dernière, tout comme en 2020. Les mesures gouvernementales ont évité les faillites et permis aux entreprises de conserver leurs travailleurs compétents. Il s'agit, bien entendu, d'une très bonne chose pour laquelle le gouvernement mérite d’être salué. Il reste à savoir comment les départs involontaires vont maintenant évoluer une fois que les mesures de soutien auront disparu. Dans tous les cas, le gouvernement peut encore apporter une dynamique positive au marché du travail en encourageant les gens à quitter leur cage dorée. En effet, il y a actuellement beaucoup d'offres d'emploi pour peu de candidats, ce qui entraîne une stagnation dans de nombreux secteurs », conclut Frank Vander Sijpe.

À propos de l’étude

L'échantillon de l'étude 2021 se compose de 70 927 travailleurs du secteur privé belge, dont 30 925 ouvriers et 40 002 employés, et se base sur les données du portefeuille clients de Securex, qui comprend plus de 290 000 travailleurs. Ces données ont été retravaillées de manière à ce qu'elles soient représentatives du marché belge en matière de sexe, de statut, d'âge, de taille d'entreprise, de régime de travail et de région dans laquelle le travailleur est employé. Afin de s'assurer de la représentativité de notre échantillon, les travailleurs des entreprises de plus de mille collaborateurs ont également été retirés de l'échantillon. Par conséquent, les chiffres ci-dessous ne concernent que les entreprises comptant jusqu'à 999 travailleurs.

Seuls les travailleurs qui : 1) ont travaillé au moins un jour au cours de la période concernée, et 2) ont un contrat de plus de 30 jours, ont été inclus dans l'échantillon. Nous avons exclu les groupes de travailleurs suivants : intérimaires, jobs étudiant, indépendants et (pré)pensionnés.

Note : les travailleurs du secteur public ne font pas partie de l'échantillon.

Contactez-nous
Steven De Vliegher PR Specialist
Quentin Mertens Media Relations, Weber Shandwick
Steven De Vliegher PR Specialist
Quentin Mertens Media Relations, Weber Shandwick
A propos de Securex

L’esprit d’entreprise est le moteur de notre économie, les travailleurs sont la clé du succès. Securex soutient les entrepreneurs débutants et confirmés dans le développement et la croissance de leur entreprise. Nous croyons fortement en une politique du personnel adaptée à l’individu et soucieuse de l’employabilité durable. 

Securex est le partenaire par excellence en matière d'entrepreneuriat et d'emploi. Il offre des services larges et intégrés dans le domaine du développement d’entreprise aux entreprises, de l’administration du personnel et du calcul des salaires, de la prévention et du bien-être des travailleurs, du développement de talents et des salaires garantis. Chez Securex, on trouve tout sous le même toit. 

En 2021, Securex a atteint un chiffre d’affaires de 280 millions d’euros. Le Groupe Securex compte 1.700 collaborateurs en Belgique, en France, en Espagne, au Luxembourg et aux Pays-Bas, répartis dans 28 agences régionales. Chaque jour, ils fournissent des services à 95.000 entreprises, 150.000 indépendants et plus de 5.000 partenaires. 

www.securex.be