60 % des travailleurs utilisent leur propre voiture pour leurs déplacements domicile-lieux de travail

Mercredi 13 janvier 2016 — 6 travailleurs belges sur 10 utilisent leur propre véhicule, et pas une voiture de société, pour se rendre au travail. Ceci ressort d’une enquête menée par le prestataire de services Securex auprès de 1754 travailleurs. Ce sont surtout les travailleurs dont l’emploi se situe en dehors de la ville qui utilisent leur propre voiture pour aller travailler. En Wallonie, les travailleurs ont souvent recours à leur propre véhicule (70 %), c’est davantage qu’en Flandre (61 %) et à Bruxelles (25 %).

Seulement 11 % des travailleurs utilisent une voiture de société pour rejoindre leur lieu de travail

71 % des travailleurs belges vont au travail en voiture : 60 % au moyen de leur propre voiture et les 11 % restants à l’aide d’une voiture de société. Encourager le recours aux voitures de société ne constitue donc pas la solution par excellence pour résoudre le problème des embouteillages. 15 % des travailleurs se rendent à pied ou en vélo au travail et 14 % empruntent les transports en commun.

Hermina Van Coillie, Experte en Recherches dans le domaine des RH chez Securex déclare : « L’engorgement sur nos routes est logique : c’est inévitable si tous les usagers doivent arriver à la même heure au bureau et que leur journée de travail s’arrête plus ou moins au même moment. Nous pouvons améliorer cet état de la circulation, par exemple en élaborant rapidement un cadre légal pour des horaires flexibles. Favoriser le travail à domicile, là où c’est possible, soulage également la congestion croissante. Des recherches antérieures montrent que seulement 17 % des travailleurs peuvent choisir où et quand ils travaillent. 30 % peuvent  choisir « où », et 31 % « quand ». Il existe donc encore beaucoup de potentiel d'amélioration ! » déclare Van Coillie.

Des voitures privées pour les emplois hors des villes

Le recours à la voiture privée pour rejoindre le lieu de travail diffère en fonction des régions. 70 % des travailleurs wallons utilisent leur propre voiture pour aller travailler, tandis qu’ils sont 61 % à le faire en Flandre. Seulement 1 travailleur bruxellois sur 4 conduit sa propre voiture pour se rendre au boulot.

Hermina Van Coillie explique : « Les employeurs pourraient encourager l’utilisation des transports en commun, surtout en Flandre. Et pour les travailleurs habitant assez près de leur lieu de travail, le vélo (électrique ou non) peut être une autre solution à part entière et moins contraignante. »

Le fait d’habiter dans ou hors de la ville détermine également l’usage de la voiture privée. 58 % des personnes dont le lieu de travail se situe en ville s’y rendent en voiture, dont 48 % au moyen de leur propre véhicule. Pour les personnes travaillant hors des villes, le nombre grimpe rapidement à 82 %, dont une proportion de 71 % à l’aide d’une voiture privée.

Les transports en commun : l’autre solution ?

55 % des personnes travaillant à Bruxelles ont recours aux transports en commun, contre seulement 14 % en Wallonie et 9 % en Flandre. Les employés et les cadres (18 %) sont deux fois plus nombreux que les travailleurs (7 %) à se rendre au travail par le biais des transports en commun. Autre statistique : les femmes (17 %) empruntent davantage les transports en commun que les hommes pour aller travailler (12 %).

Hermina Van Coillie affirme : « Les pouvoirs publics, en collaboration avec les partenaires sociaux, bénéficient d’une marge de manœuvre considérable pour établir un cadre légal qui offrira des solutions créatives, tant en matière de temps que de lieu de travail. Le secteur des transports en commun doit également apporter sa pierre à l’édifice. En moyenne, ce moyen de transport est celui dont le trajet entre le domicile et le lieu de travail dure le plus longtemps, à savoir une heure et demie. Cela explique indubitablement pourquoi les transports en commun sont actuellement considérés comme la solution de remplacement la plus contraignante par rapport à la voiture. »

 

Tim Blanckaert, Manager Utilities and Processes, insiste : « Motiver les employés à adapter leur trajet maison-boulot, en combinant l’utilisation de la voiture, des transports en commun et / ou du vélo est une bonne solution pour régler le problème de la mobilité. L’employeur doit pour ce faire être ouvert à ce genre de solution et pouvoir offrir le soutien administratif nécessaire. Chez Securex, les employés sont déjà encouragés à venir à vélo (via le Bluebike) ou en bus (via De Lijn) au travail et sans charge administrative supplémentaire »

 

Panel

Cette étude a été menée dans le cadre de notre enquête biennale de benchmark. Nous y abordons la satisfaction, le stress, la vitalité, la motivation et l’implication du travailleur belge. Les données ont été collectées grâce à des enquêtes en ligne.

En janvier 2015, 1 754 travailleurs salariés issus du marché du travail belge ont participé à cette étude. Après ré-échantillonnage, le panel comptait 1 671 sondés. La répartition du panel pour les variables sexe, âge, région et statut correspondait à la répartition du marché du travail belge.

 

Hermina Van Coillie