L’indépendant travaille en moyenne 57 heures par semaine

Les indépendants belges placent la barre haut

Les indépendants belges travaillent en moyenne 57 heures par semaine. Plus de trois indépendants sur quatre (76 %) travaillent au moins 50 heures par semaine et un sur dix même 80 heures ou plus. C’est ce qui ressort du baromètre des indépendants de Securex, réalisé en collaboration avec l’université de Gand. L’équilibre travail-vie privée est donc sérieusement perturbé chez 4 indépendants sur 5. En outre, ils sont plus sujets au stress que les salariés belges et à peine la moitié d’entre eux ont le sentiment d’avoir le contrôle sur l’équilibre entre leur travail et leur vie privée. « Les indépendants belges placent la barre haut. Ils travaillent beaucoup, prennent peu de vacances et ont du mal à prendre leurs distances vis-à-vis de leur activité. » dit Hermina Van Coillie, HR Research Expert chez Securex.

Un indépendant sur dix travaille 80 heures par semaine ou plus

Il est de notoriété publique que les indépendants travaillent beaucoup. Il ressort du baromètre des indépendants de Securex que l’indépendant belge travaille en moyenne 57 heures par semaine. C’est environ cinquante pour cent (46 %) de plus que le salarié belge : ce dernier travaille en moyenne 39 heures par semaine.

La majorité des indépendants (76 %) travaillent au moins 50 heures par semaine. 1 indépendant sur 10 travaille même 80 heures par semaine ou plus. Les indépendants masculins néerlandophones sont ceux qui travaillent le plus : en moyenne 59 heures par semaine. C’est 5 heures de plus que les femmes indépendantes et que les indépendants francophones.

La vie privée de l’indépendant pâtit fortement du travail

4 indépendants sur 5 (79 %) estiment que le travail perturbe leur vie privée. Plus longtemps une personne gère une entreprise, plus grande est la perturbation de l’équilibre travail-vie privée. 8 indépendants sur 10 (82 %), qui sont en activité depuis plus de 5 ans, ressentent un conflit entre leur travail et leur vie privée. A contrario, seul 1 indépendant sur 4 déclare que la vie privée est un facteur perturbateur pour le travail. Chez les salariés, cette proportion est de 1 sur 3.

La déconnexion est importante, mais elle n’est pas évidente : à peine 28 % des indépendants peuvent prendre leurs distances par rapport au travail durant leurs temps libres. D’après la majorité (69 %) des indépendants, cela est dû à la quantité de temps qu’exige le travail. À peine la moitié (53 %) d’entre eux a le sentiment d’avoir le contrôle sur son travail et sa vie privée, 55 % se sentent émotionnellement stables.

Davantage de stress

Deux indépendants sur trois (66 %) déclarent être stressés. À titre de comparaison, chez les salariés, ils sont un peu plus de la moitié (53 %).

Plus longtemps un indépendant gère une entreprise ou un commerce, plus le niveau de stress est élevé. Ceux qui débutent dans une activité éprouvent donc moins de stress comparé aux indépendants en activité depuis plus de 2 ans (38 % vs 68 %). Le niveau de stress le plus élevé s’observe chez les gérants qui travaillent depuis plus de 5 ans (71 % souffrent du stress). Les indépendants néerlandophones en Belgique déclarent souffrir davantage du stress (71 %) que les indépendants francophones (59 %).

Hermina Van Coillie, HR Research Expert : « Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce sont les indépendants expérimentés qui éprouvent le plus de stress. Nous nous concentrons souvent sur le soutien aux jeunes débutants, mais ils n’ont souvent pas de personnel à leur service, pas d’investissements trop importants à gérer, et ils n’ont pas encore eu affaire à des fluctuations cycliques. »

Les indépendants belges placent la barre haut

À peine la moitié des indépendants déclarent avoir atteint leurs objectifs au travail (52 %) et avoir travaillé sans commettre d’erreurs (52%) durant la semaine écoulée.

Les salariés, à titre de comparaison, sont sensiblement plus positifs et s’estiment également plus productifs. 81 % des salariés déclarent avoir atteint leurs objectifs au travail et ils sont un peu moins (77%) à déclarer qu’ils ont travaillé sans commettre d’erreurs durant la semaine écoulée.

« Les indépendants de Belgique placent la barre haut. La vie d’un petit indépendant est souvent régie par les demandes des clients. Cela leur donne l’impression que leur travail n’est jamais terminé, ils prennent peu de vacances et éprouvent beaucoup de stress, » dit Agnes Hertogs, General Manager Entrepreneurs Securex.
Frederik Anseel, UGent : « Ces dernières années, nous avons constaté que de plus en plus de personnes souhaitent créer leur propre entreprise ou considère prendre le statut d’indépendant comme une alternative au statut classique de salarié. Plus de flexibilité et d'autonomie semblent être des facteurs décisifs : pouvoir travailler pour qui vous voulez, quand et où vous voulez, semble très attrayant. Cependant, cette étude met en garde contre le fait que travailler en tant que travailleur indépendant ou entrepreneur n'est pas toujours facile : cela requiert de nombreuses heures de travail, la vie de famille peut en souffrir et le niveau de stress peut parfois être beaucoup plus élevé que dans les emplois ordinaires. »

Travailler moins, cela fonctionne

En moyenne, notre emploi représente près d'un cinquième (18%) de notre bonheur. Une proportion significative, trois fois plus élevée chez les indépendants que chez les salariés. En effet, la satisfaction des travailleurs indépendants à l'égard de leur travail représente 32 % de la satisfaction générale à l'égard de la vie, alors que le chiffre pour les salariés n'est que de 9 %. Ce qui rend les travailleurs indépendants également plus vulnérables dans ce domaine. Pour Securex, la déconnexion est nécessaire. Ceux qui prennent 20 jours de vacances par an éprouvent moins souvent du stress que ceux qui prennent moins de 20 jours (60 % vs. 72 %). Le risque de stress diminue également lorsque l’on fait en sorte de rester sous les 60 heures de travail par semaine (59 % vs. 73 %). Les indépendants avec de l’autonomie et au moins 20 jours de vacances par an (62 % vs. 47 %) déclarent également réaliser plus souvent des progrès.

Hermina Van Coillie : « La détente et le temps passé en famille sont importants aussi pour les indépendants. Ceux qui travaillent un peu moins et qui partent un peu plus souvent en vacances éprouveront moins de stress. Pouvoir prendre ses distances de temps à autre, c’est le gage d’une plus grande fraîcheur, de nouvelles idées et de plus de productivité. »

À propos de l’étude

La recherche a été menée en collaboration avec les Professeurs Dr Frederik Anseel et Mirjam Knockaert de l'Université de Gand. Les données ont été recueillies en ligne en mai 2018. L'échantillon se compose de 401 travailleurs indépendants belges exerçant leur activité principale et est représentatif pour les variables sexe, âge et nombre d'années d'activité indépendante. Dans l'échantillon, 63 % sont des hommes et 37 % sont des femmes. 20 % ont moins de 35 ans, 44 % ont entre 35 et 49 ans et 36 % ont plus de 50 ans. 6 % des répondants sont actifs en tant qu'indépendant depuis moins d'un an, 24 % sont actifs depuis deux à cinq ans et 70 % sont actifs en tant qu'indépendant depuis plus de cinq ans. 30 % n'ont aucun employé, 30 % ont exactement un employé, 26 % ont de deux à cinq employés et 14 % ont plus de cinq employés. En outre, 89 % ont un partenaire, 11 % sont célibataires. 55 % des travailleurs autonomes de cette étude ont des enfants à charge et 45 % n'ont pas d'enfants à charge. Dans 41 % des cas, les indépendants ont d'autres personnes qui font partie de la direction générale de l'entreprise. 57 % est néerlandophone et 43% est francophone. Enfin, 32 % ont une entreprise depuis moins de 5 ans, 43 % depuis 5 à 20 ans et 24 % depuis plus de 20 ans.

L'étude sur la satisfaction au travail a été coordonnée par le professeur Dr Lieven Annemans (Ugent), avec le soutien de l'assureur vie NN et en collaboration avec Securex.

Lauren Heeffer Weber Shandwick

 

Santé et bien-être Indépendants
A propos de Securex

L’esprit d’entreprise est à la base de l’activité économique, les travailleurs sont la clé du succès. En tant que prestataire de services RH, Securex soutient les entrepreneurs dans le développement et la croissance de leur entreprise et croit en une politique du personnel adaptée à l’individu et axée sur l’employabilité durable.

Securex est le partenaire des starters et des indépendants expérimentés ou PME, ainsi que des grandes entreprises et des administrations publiques. Nous avons tout pour appliquer une politique RH intégrée. Nous offrons des services dans le domaine du développement d’entreprise aux entreprises, de l’administration du personnel et du calcul des salaires, de la prévention et du bien-être des travailleurs, du développement de talents et des salaires garantis. Chez Securex, on trouve tout sous le même toit.

En 2018, Securex a atteint un chiffre d’affaires de 296 millions d’euros. Le Groupe Securex compte 1.700 collaborateurs en Belgique, en France, en Espagne, au Luxembourg et aux Pays-Bas, répartis dans 33 agences régionales. Chaque jour, ils fournissent des services à 88.000 entreprises, 132.000 indépendants et 4.000 comptables et courtiers partenaires privilégiés.

www.securex.be