Nouvel emploi : les femmes travaillent deux fois plus à temps partiel que les hommes

Nouvel emploi : les femmes travaillent deux fois plus à temps partiel que les hommes

La moitié des femmes (48%) qui ont commencé un nouvel emploi l'année passée ont signé un contrat à temps partiel

  • On constate une augmentation globale du travail à temps partiel parmi les nouvelles recrues en 2020 (+6% par rapport à 2019).
  • Près de la moitié des femmes (48%) qui ont commencé un nouvel emploi en 2020 ont obtenu un contrat à temps partiel, contre 1 homme sur 4 (25,5%).
  • Lorsque les Belges commencent un nouveau travail, il s’agit principalement d’un contrat à temps partiel pour les catégories d'âge les plus jeunes (moins de 25 ans) et les plus âgées (60 ans et +).
  • Les hommes sont un peu plus nombreux que les femmes à avoir signé un nouveau contrat (à temps partiel et à temps plein) : 54,5% vs. 45,5%.
Bruxelles – Les chiffres du secrétariat social de Securex, partenaire en matière d'emploi et d'entrepreneuriat, montrent que les femmes sont deux fois plus susceptibles que les hommes de travailler à temps partiel dans le cadre d’un nouvel emploi. Tant pour les hommes que pour les femmes, le pourcentage de contrats à temps partiel en 2020 est légèrement supérieur à celui de 2019 (+9% et +5,4%). Les groupes d'âge les plus jeunes et les plus âgés (moins de 25 ans ainsi que 60 ans et +) commencent le plus souvent un nouvel emploi à temps partiel (52% et 46% contre 21% pour les 25-59 ans). Pour la tranche d'âge 45-54 ans, la prédominance des femmes travaillant à temps partiel est la plus élevée : dans cette tranche d'âge, les femmes commencent à travailler à temps partiel 3,5 fois plus souvent que les hommes. Heidi Verlinden, experte en études RH chez Securex, explique : « Bien que le recrutement soit généralement plus égalitaire entre les sexes, nous constatons que les femmes ont deux fois plus de probabilités que les hommes de commencer un nouvel emploi à temps partiel. »

Les femmes qui ont commencé un nouvel emploi en 2020 ont presque deux fois plus de probabilités de le faire à temps partiel que leurs homologues masculins : alors qu'un homme sur quatre (25,5%) a signé un contrat à temps partiel lors de son recrutement, cette proportion monte à une personne sur deux pour les femmes (48%). Ce ratio hommes/femmes (1,9) est resté le même qu'en 2019.

La proportion de nouveaux contrats à temps partiel a légèrement augmenté en 2020 par rapport à l'année précédente (de 34% à 36%, soit une augmentation d'environ 6%). En 2020, le nombre total de recrutements (à temps plein et à temps partiel) a diminué de 5% pour les hommes et de 8% pour les femmes par rapport à 2019.

« Dans le cas d'un nouvel emploi, il y a eu une légère augmentation du travail à temps partiel en 2020, tant pour les hommes que pour les femmes, par rapport à 2019. Il est clair que les employeurs ont non seulement recruté moins durant la crise en 2020, mais ils ont aussi engagé plus prudemment que l'année précédente », déclare Heidi Verlinden, experte en études RH chez Securex.

Les différences hommes/femmes évoluent tout au long de la carrière

Comme en 2019, les recrutements en 2020 ont été légèrement mieux répartis entre les sexes que la population active actuelle : 45,5% des nouveaux contrats concernaient des femmes ; 54,5% des hommes. C'est mieux que les contrats actuels en cours (42% de femmes contre 58% d'hommes) et que l'ensemble de la population active en 2020 (41% contre 59%). Cependant, en matière de recrutement, ce sont surtout les plus jeunes (moins de 25 ans) et les plus âgés (60 ans et +) qui se retrouvent plus souvent à travailler à temps partiel, tant pour les hommes que pour les femmes. Des recherches antérieures menées par Securex ont montré que les jeunes sont moins exigeants en ce qui concerne le type de contrat car l'accès au marché de l’emploi est souvent plus difficile pour eux. En ce qui concerne les employés plus âgés, la pression pour trouver un emploi à temps plein est quant à elle moins forte.

Toutefois, tout au long de leur carrière, des différences plus importantes sont perceptibles : selon les chiffres de Securex, les femmes travaillent progressivement plus souvent à temps partiel lorsqu'elles commencent un nouvel emploi, tandis que le pourcentage d'hommes qui optent pour un travail à temps partiel dans le cadre d’un nouvel emploi reste stable entre 30 et 55 ans. Entre 45 et 54 ans, la prépondérance des femmes qui commencent un emploi à temps partiel est la plus élevée : dans cette catégorie d'âge, elles le font 3,5 fois plus souvent que leurs collègues masculins.

Heidi Verlinden de Securex explique : « Les femmes sont toujours plus susceptibles que les hommes d'assumer des obligations familiales non formelles au sein de leur famille. Le fait que les femmes entre 25 et 35 ans prennent moins souvent un nouvel emploi à temps partiel est probablement dû au fait que les femmes font souvent changer leur contrat existant pour un contrat à temps partiel dès qu'elles ont des enfants par exemple, plutôt que de chercher ailleurs un nouvel emploi à temps partiel. Dès que les enfants quittent la maison, et que la maison est payée, les femmes commencent plus souvent que les hommes un nouvel emploi avec un contrat à temps partiel. Probablement parce qu'elles ne veulent plus d'un emploi à temps plein, ou parce que d'autres membres de la famille ont besoin de soins. Si le travail à domicile reste monnaie courante après la crise du coronavirus, parallèlement à d'autres arrangements horaires de plus en plus flexibles, nous nous attendons à voir moins de travail à temps partiel chez les femmes dans les années à venir ».

                                                                                         ***

À propos de l’enquête

Ces résultats sont basés sur les données du secrétariat social de Securex. L'échantillon compte 52 270 recrutements en 2020 dans des entreprises belges de 5 travailleurs ou plus. Seuls les travailleurs assujettis à l'impôt et pleinement soumis à celui-ci sont inclus. Les étudiants ne font donc pas partie de l'échantillon, pas plus que les flexi-jobs, les contrats d’extra, les (pré)retraités, le travail occasionnel, le travail saisonnier et les salariés à temps partiel qui sont inscrits comme demandeurs d'emploi pour un emploi supplémentaire ou à temps plein. Par temps partiel, on entend uniquement les contrats à temps partiel, et non le crédit-temps ou le congé thématique. Le recrutement signifie à la fois un emploi à durée indéterminée et un emploi à durée déterminée.

Contactez-nous
Quentin Mertens Media Relations, Weber Shandwick
Quentin Mertens Media Relations, Weber Shandwick
A propos de Securex

L’esprit d’entreprise est à la base de l’activité économique, les travailleurs sont la clé du succès. En tant que prestataire de services RH, Securex soutient les entrepreneurs dans le développement et la croissance de leur entreprise et croit en une politique du personnel adaptée à l’individu et axée sur l’employabilité durable.

Securex est le partenaire des starters et des indépendants expérimentés ou PME, ainsi que des grandes entreprises et des administrations publiques. Nous avons tout pour appliquer une politique RH intégrée. Nous offrons des services dans le domaine du développement d’entreprise aux entreprises, de l’administration du personnel et du calcul des salaires, de la prévention et du bien-être des travailleurs, du développement de talents et des salaires garantis. Chez Securex, on trouve tout sous le même toit.

En 2019, Securex a atteint un chiffre d’affaires de 306,7 millions d’euros. Le Groupe Securex compte plus de 1.600 collaborateurs en Belgique, en France, en Espagne, au Luxembourg et aux Pays-Bas, répartis dans 32 agences régionales. Chaque jour, ils fournissent des services à 57.000 entreprises et 136.000 indépendants.

www.securex.be