Seuls 1,6 % des employeurs accordent une allocation de travail à domicile aux télétravailleurs

Seuls 1,6 % des employeurs accordent une allocation de travail à domicile aux télétravailleurs

L'allocation de travail à domicile s'élève à 76€ par mois en moyenne

Bruxelles –  Des chiffres récents du prestataire de services RH Securex montrent qu'entre mars et septembre de cette année, seuls 1,6 % des employeurs belges ont versé une ou plusieurs allocation(s) de travail à domicile à leurs travailleurs. En moyenne, cette allocation de télétravail s'élevait à 76€ par mois et par travailleur. Cette indemnité compense les frais de bureau et les coûts liés aux fournitures, aux matériaux, à l’eau, l’électricité, le chauffage, l’entretien, l’assurance, la taxe foncière et la connexion internet du domicile du travailleur qui travaille de chez lui. Tandis que 10% des employeurs enregistrent des jours de travail à domicile, ils ne versent pas forcément d'indemnités de télétravail à leurs travailleurs.

  • 1 employeur sur 10 a enregistré des jours de travail à domicile en 2020 : cela reste 5 fois plus qu'en 2019
  • La plupart des jours de télétravail ont été enregistrés en avril

 

Depuis mars 2020, les employeurs peuvent accorder à leurs travailleurs une allocation de travail à domicile, non imposable. L'administration fiscale et l'Office National de Sécurité Sociale (ONSS) ont fixé le montant maximum de cette allocation à 129,48€ par mois. Le travailleur y a droit s'il travaille à domicile pendant au moins 5 jours ouvrables par mois, avec une fréquence minimale d'un jour par semaine ou une moyenne de 8 heures par jour. 

L’allocation de télétravail couvre les frais de bureau que le salarié paye de son domicile pour pouvoir exercer son activité. Il peut s'agir de frais d'aménagement et d'utilisation d'un bureau (location, amortissements), de l'achat d'une imprimante, de matériel informatique et de fournitures de bureau, ainsi que des frais liés aux services municipaux (eau, électricité, chauffage, entretien, assurance, taxe foncière, connexion internet...) du domicile du travailleur. 

Seuls 1,6 % des employeurs ont déjà versé une ou plusieurs indemnité(s) de travail à domicile entre mars et septembre de cette année. Tous les employeurs qui ont versé une allocation de travail à domicile durant cette période ne l'ont pas fait systématiquement chaque mois. Les mois d’août et de septembre ont été les mois records jusqu'à présent, avec chaque fois 1% des employeurs qui ont accordé une allocation de télétravail au cours de ce mois. Cette allocation s'élève en moyenne à 76€ par travailleur et par mois. 7,5% des employeurs qui ont versé des allocations de travail à domicile à leurs travailleurs ont donné le montant maximum de 129,48€.

10% des employeurs enregistrent les jours de travail à domicile 

Alors qu'un pourcentage infime (1,6%) d'employeurs ont versé une ou plusieurs fois une allocation de travail à domicile, le nombre d'employeurs qui enregistrent les jours où leurs salariés travaillent de chez eux est beaucoup plus élevé : 2% en 2019 et 10% en 2020.   

Toutefois, certains de ces employeurs versent déjà une autre indemnité qui couvre les frais de télétravail (par exemple, un remboursement forfaitaire des frais) ou fournissent déjà du matériel (par exemple un ordinateur portable, un téléphone, un casque audio, etc.), ce qui signifie qu'une allocation de travail à domicile est moins facilement voire non-applicable. D'autres employeurs enregistrent le travail à domicile afin d'économiser des frais : pour ces jours-là, ils peuvent annuler l’indemnité liée aux trajets domicile-travail, tandis que l'allocation de travail à domicile n'est pas obligatoire en tant qu’alternative. 

Iris Tolpe, associée chez Securex Consult : « Certains employeurs ont supposé, jusqu'à lannonce de la deuxième vague, que la tempête liée au coronavirus passerait, et appliquent encore leur politique classique de dépenses. Ils s’attendaient à ce que les travailleurs puissent bientôt retourner au bureau, et ça ne valait donc pas la peine pour eux de changer leur mode de rémunération. Ce raisonnement n'est pas sans risque. En cas de contrôle par le fisc ou l’ONSSles remboursements pour les trajets domicile-travail non payés seront en principe requalifiés en salaires ordinaires, lesquels sont soumis à la fois aux cotisations de sécurité sociale et aux retenues d’impôts à la source (sans exonération fiscale). » 

Les mois les plus courants pour l’enregistrement des jours de travail à domicile sont les mois de mars à juin. Le pic absolu a été atteint en avril, avec 14 jours de télétravail enregistrés par travailleur dans 6,6% des entreprises. Pendant les mois d'été, le nombre d'entreprises et le nombre de jours de télétravail ont tous deux diminué. Securex s'attend à ce que ces deux chiffres augmentent à nouveau à partir d'octobre. 

Plus d’informations  

FAQ pour les employeurs : rubrique « Télétravail » 

À propos de l’étude 

L'échantillon comprend 23 826 entreprises et 186 664 travailleurs du secteur privé belge. Les PDG ont été exclus.  

Ces résultats sont indicatifs et basés sur les données du secrétariat social de Securex. Les employeurs peuvent encore transmettre des corrections dans les semaines à venir, mais pour ce type de données, les chances sont très limitées.  

 

Contactez-nous
Quentin Mertens Media Relations, Weber Shandwick
Quentin Mertens Media Relations, Weber Shandwick
A propos de Securex

L’esprit d’entreprise est à la base de l’activité économique, les travailleurs sont la clé du succès. En tant que prestataire de services RH, Securex soutient les entrepreneurs dans le développement et la croissance de leur entreprise et croit en une politique du personnel adaptée à l’individu et axée sur l’employabilité durable.

Securex est le partenaire des starters et des indépendants expérimentés ou PME, ainsi que des grandes entreprises et des administrations publiques. Nous avons tout pour appliquer une politique RH intégrée. Nous offrons des services dans le domaine du développement d’entreprise aux entreprises, de l’administration du personnel et du calcul des salaires, de la prévention et du bien-être des travailleurs, du développement de talents et des salaires garantis. Chez Securex, on trouve tout sous le même toit.

En 2019, Securex a atteint un chiffre d’affaires de 306,7 millions d’euros. Le Groupe Securex compte plus de 1.600 collaborateurs en Belgique, en France, en Espagne, au Luxembourg et aux Pays-Bas, répartis dans 32 agences régionales. Chaque jour, ils fournissent des services à 57.000 entreprises et 136.000 indépendants.

www.securex.be