Taxshift : la réduction accrue accordée en cas de recrutement d’un travailleur supplémentaire reste méconnue

Effet positif chez les entrepreneurs qui connaissent cette mesure

Mercredi 22 juin 2016 — Le 1er janvier 2016, le taxshift est entré en vigueur et il est devenu plus avantageux pour les entrepreneurs d’engager de nouveaux collaborateurs (par le biais de la réduction groupe-cible). Un entrepreneur sur quatre indique ne pas connaître cette mesure. C’est ce qui ressort d’une étude menée par le prestataire de services RH Securex sur la base d’un sondage réalisé auprès de 500 entrepreneurs. 22 % des personnes interrogées déclarent avoir déjà engagé des travailleurs cette année. Fait marquant, chez 37 % des sondés, la réduction a joué un rôle dans la décision de recruter un collaborateur. De plus, ces entrepreneurs sont optimistes pour l’avenir : plus d’un tiers d’entre eux tient compte de la mesure dans les budgets pour 2017 et 2018.

Un quart des entrepreneurs n’a pas connaissance de la réduction pour les nouveaux engagements

Six mois après l’entrée en vigueur du taxshift, 13 % des entrepreneurs déclarent connaître cette réduction. Grâce au taxshift, 3 % d’entre eux ont même déjà demandé un budget de masse salariale. Le groupe le plus important (63 %) a déjà entendu parler de la mesure, mais n’en connaît pas les détails ou les montants. Cependant, près d’1 entrepreneur sur 4 (24 %) ne connaît absolument pas la mesure.

La réduction groupe-cible signifie que les premiers engagements deviennent encore plus intéressants pour les nouveaux employeurs : pour le premier travailleur engagé, aucune cotisation patronale de base n’est due, et ce, sans limitation dans le temps. Mais il existe également une forte réduction ONSS pour les 2e jusqu’au 6e recrutements inclus, et ce, pendant 13 trimestres.

L’étude révèle aussi que 46 % des entrepreneurs prennent connaissance de cette mesure par l’intermédiaire des médias. 27 % indiquent avoir reçu l’information par leur secrétariat social.

Hugo Dhaeyer, Director Ecosystem Small & Midsize Markets, Securex : « C’est une bonne chose que trois quarts des entrepreneurs soient déjà au courant des avantages du taxshift pour les nouveaux engagements, même s’ils n’en connaissent pas tous les détails. Cela montre clairement la nécessité de ce type de mesures pour les employeurs potentiels. Il est toutefois clairement possible de faire mieux : un quart des personnes interrogées n’ont absolument aucune idée des avantages ! C’est un appel qui s’adresse à chacun d’entre nous : endossons notre responsabilité sociale et continuons à informer et sensibiliser les gens à ce sujet. Plus les entrepreneurs connaîtront la mesure, plus l’impact positif sur notre société sera important. Cela signifie en effet une augmentation du taux d’emploi ainsi qu’un renforcement du potentiel de croissance pour nos TPE. »

Chez 37 % des sondés, la réduction a joué un rôle dans la décision de recruter un collaborateur

Dès que les entrepreneurs connaissent les détails de la mesure (tous les participants à l’étude les ont reçus), 73 % d’entre eux sont satisfaits de son contenu. 60 % affirment même que la réduction est suffisante pour embaucher un travailleur supplémentaire.

22 % des personnes interrogées déclarent avoir déjà engagé des travailleurs cette année. Il s’agit en grande majorité d’1 (66 %) ou de 2 (21 %) travailleurs. Important : chez 37 % des sondés, la réduction a joué un rôle dans la décision de recruter un collaborateur.

Hugo Dhaeyer : « L’étude montre que les mesures sont efficaces et qu’elles remplissent leurs objectifs : donner aux entreprises en croissance l’impulsion nécessaire pour prendre la décision budgétaire d’engager une personne supplémentaire. La réduction est aussi suffisamment importante pour les employeurs pour avoir une influence décisive. »

Les chiffres de l’étude sont confirmés par le nombre de nouveaux contrats auprès du Secrétariat social Securex. Au cours des six premiers mois de 2016, le nombre de premiers engagements est supérieur de 54 % à celui du premier semestre de 2015.

Plus d’1 entrepreneur sur 4 (27 %) indique que cette mesure est un incitant pour engager encore une personne cette année. De plus, 35 % des entrepreneurs tiennent compte de cette mesure dans les budgets pour 2017 et même 39 % dans ceux de 2018.

Hermina Van Coillie, HR Research Expert : « Le fait que plus d’un tiers des entrepreneurs tiendront compte de cette mesure dans leur budget des deux prochaines années est prometteur et une condition sine qua non pour recruter quelqu’un dans les faits. Nous sommes pleins d’espoir et voyons, ici aussi, un moyen durable de parvenir à une croissance structurelle. »

Hugo Dhaeyer : « Pour les PME, une planification budgétaire et un contrôle des coûts minutieux sont essentiels pour subsister durablement. Il est également très prometteur de voir que les entrepreneurs retiennent la mesure et ne perdent pas de vue l’investissement dans de nouveaux collaborateurs pour l’année prochaine et même encore plus pour 2018. Cela témoigne d’une confiance en l’avenir et indique une perspective de croissance claire. »

Récapitulatif de la législation

Il résulte des modifications apportées à la réduction groupe-cible premiers engagements que :

  • pour l’engagement du premier travailleur entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2020, aucune cotisation patronale de base[2] ne doit être payée, et ce, sans limite dans le temps ;
  • les anciennes réductions du premier au cinquième travailleur sont transférées du deuxième au sixième travailleur.

Bon à savoir : en ce qui concerne la réduction groupe-cible premiers engagements, le droit s’ouvre par l’engagement d’un nouveau travailleur, mais le travailleur qui ouvre le droit ne doit pas nécessairement être celui pour lequel la réduction est demandée. Par exemple, si cette année, un premier travailleur est engagé, l’employeur peut par la suite bénéficier sans problème de la dispense des cotisations de base pour un autre travailleur, même si le travailleur qui a initialement ouvert le droit n’est plus en service à ce moment !

Un employeur qui engage ses premiers travailleurs au cours de la période du 1er janvier 2016 au 31 décembre 2020 pourra dès lors bénéficier des réductions suivantes :

1er travailleur

Pas de cotisations de base – sans limite dans le temps

2e travailleur

1 550 € - 5 trimestres

1 050 € - 4 trimestres

450 € - 4 trimestres

3e travailleur

1 050 € - 5 trimestres

450 € - 8 trimestres

4e travailleur

1 050 € - 5 trimestres

450 € - 4 trimestres

/

5e travailleur

1 000 € - 5 trimestres

400 € - 4 trimestres

/

6e travailleur

1 000 € - 5 trimestres

400 € - 4 trimestres

/

 

À propos de cette étude

Plus de 500 entrepreneurs ont participé à cette étude en ligne. Parmi eux, 270 ont rempli totalement le questionnaire. L’âge moyen de l’entreprise est de 9 ans. En moyenne, les participants sont actifs en tant qu’indépendants depuis 11 ans. L’âge moyen de l’indépendant est de 36 ans. 63 % d’entre eux sont hautement qualifiés et 37 % peu qualifiés. Ils emploient en moyenne deux travailleurs (40 % d’entreprises individuelles). 16 % sont actifs dans le secteur de la construction, 14 % dans le secteur des services, 13 % exercent une profession libérale, 9 % font de la consultance, 8 % travaillent dans la vente au détail et en gros et le reste est actif dans d’autres secteurs.

 

Hermina Van Coillie
Hugo Dhaeyer